Parc National de la Guadeloupe

Note: The data were entered in the language of the country of origin (English, French or Spanish) and there is no translation available yet.

Chapter 3. SITE DESCRIPTION

a - General features of the site

Terrestrial surface under sovereignty, excluding wetlands:

1068 sq. km

Wetland surface:

5567 ha

Marine surface:

1344 sq. km

b - Physical features

Brief description of the main physical characteristics in the area:

D’une surface totale de 1.700 km2, l’archipel de la Guadeloupe regroupe huit îles ou groupes d’îles. L’île principale est en fait composée de deux îles, ce qui est exceptionnel dans la Caraïbe :

- La Grande Terre, plateau calcaire d’origine corallienne sur un socle volcanique. Sans grand relief, elle est aussi beaucoup plus sèche. Il faut noter l'existence au sud et à l'ouest de l'île d'un plateau karstique original, entrecoupé de vallons encaissés dénommés « les Grands Fonds ». Terre d’élection de la canne à sucre, elle est aujourd’hui en grande partie défrichée. Elle comprend le pôle économique régionale, Pointe-à-Pitre, et accueille sur sa côte sud les principaux complexes touristiques de l'île ;

- La Basse Terre, traversée par une chaîne d’origine volcanique, est le siège du pôle administratif, la ville de Basse-Terre. La forêt domine les paysages du massif alors que les contreforts et les plaines de la côte au vent sont colonisés par les bananeraies. Au nord-est, c'est la canne qui occupe les plaines côtières.

Ces deux îles sont séparées par un isthme, la Rivière Salée, au nord de laquelle se trouve la baie du Grand Cul-de-Sac Marin. Au sud, le petit Cul-de-Sac marin accueille le port autonome ainsi que la marina de Pointe-à-Pître.

Le parc national est représentatif de nombreux milieux naturels de la Caraïbe, qu’ils soient marins ou terrestres. À l’origine de cette diversité hors du commun, l’ensemble des conditions géologiques, climatiques, du sol et du relief.

Geology:

L’arc insulaire des Petites Antilles doit son existence à la subduction de la croûte océanique Atlantique sous la plaque Caraïbe. L’histoire géologique permet de distinguer trois arcs : le reliquat d'un premier arc externe (représenté dans l'archipel par l'île de la Désirade), l'arc central dépourvu de volcan actif et composé d’îles à soubassement volcanique et à recouvrement sédimentaire récent, et un arc interne constitué d’îles volcaniques où sont situés des volcans actifs ou récents. Le parc national de la Guadeloupe se caractérise par un riche patrimoine géologique grâce à la présence de deux composantes :

- Le massif de la Basse-Terre, fleuron de l'arc interne. Il se compose de 6 ensembles correspondants aux différentes périodes volcaniques, entre le complexe de base, antérieur à -3,5 millions d'années qui affleure au nord-ouest, et la chaîne Madeleine-Soufrière qui représente le volcanisme récent et actuel (entre -0,25 et -0,14 millions d'années jusqu’à nos jours). Le volcan de la Soufrière, encore actif aujourd'hui, est le point culminant de l'ensemble ;

- Les terres karstiques de la Grande Terre, caractéristiques de l'arc externe, issues d'un volcanisme ancien qui a fonctionné entre -56 et -28 millions d’années, et dont les roches sont aujourd'hui recouverte de sédiments calcaires d'origine corallienne.

Topography:

Bathymetry:

(Cf Carte 3)

Hydrodynamics:

Le climat est tropical, humide et insulaire. Il est caractérisé par une variabilité spatiale et temporelle du régime des précipitations, imposée par la morphologie des îles, l’échelle et la fréquence des perturbations atmosphériques. (Cf. Fig. 01)

Les alizés, vents d’est doux et humides, limitent les variations saisonnières et journalières des températures. Aussi, la température moyenne varie peu, de 25 à 30°C, et l’on distingue 2 saisons avec des transitions plus ou moins marquées :

- le « carême » (janvier à juin) est la saison sèche,

- l’« hivernage » (juillet à décembre) est la saison chaude caractérisée par des pluies fréquentes et intenses, mais aussi des dépressions tropicales et des cyclones ; la température de l’air est plus élevée et l’air plus lourd, surtout quand ne soufflent pas les alizés.

 

Volcanic formations:

L’île de la Basse-Terre, entièrement volcanique est composée de cinq complexes éruptifs principaux mis en place à des époques différentes depuis 3 millions d’années (les formations les plus anciennes sont localisées au nord de l’île). L’activité volcanique actuelle se situe au niveau de la Soufrière, dans le cœur du Parc. Le dôme de la Soufrière, du haut de ses 1467 mètres, est le sommet le plus haut des Petites Antilles et ne représente qu’une petite partie d’un volcan beaucoup plus vaste : le volcan composite de la Grande Découverte. Depuis, la Soufrière a connu plusieurs éruptions phréatiques (type d’éruption volcanique à forte explosion liée à la rencontre du magma avec de l’eau) qui ont contribué à son abondante fracturation (dernière éruption en 1976). En plus d’être très fracturé, le dôme reçoit chaque année entre 8 et 10 mètres de pluie, ce qui engendre une activité hydrothermale (circulation souterraine d’une eau chaude) importante se manifestant en surface par des émanations fumerolliennes et des sources chaudes aux environs du sommet. Les émanations fumerolliennes au niveau du Cratère Sud et du gouffre Tarissan ont des températures proches de 100°C. La Soufrière est un volcan actif en continuelle évolution et équipé de nombreuses stations de surveillance installées par l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe.

Sand dunes:

-

Underwater formations:

((Cf. Carte 4)