Réserve Naturelle Nationale de Saint-Martin

Note: The data were entered in the language of the country of origin (English, French or Spanish) and there is no translation available yet.

Chapter 2. EXECUTIVE SUMMARY

Present briefly the proposed area and its principal characteristics, and specify the objectives that motivated its creation :

 

Localisation

La réserve naturelle s’étend sur la façade Est de l’île occupant une superficie totale de 3 054 hectares. Le territoire de la Réserve Naturelle est multipolaire et se divise en une partie terrestre, propriété du CELRL correspond à une zone de 50 pas géométriques de l’île, une partie lacustre correspondant à l’Etang aux Poissons et à celui des Salines d’Orient et d’une partie maritime comprenant différentes îles dont Tintamarre est la plus grande. Depuis 2006, 12 autres étangs protégés par un Arrêté de Protection de Biotope ont été affectés au Conservatoire du Littoral et confiés en gestion à la Réserve Naturelle.(voir carte n°2 et 3 des annexes du plan de gestion) 

Date de création : Décret ministériel n°98-802 du 3septembre 1998 

Limites administratives et superficie

Le territoire de la réserve naturelle se divise en une partie terrestre de 154 ha, une partie maritime de 2 796 ha et une partie lacustre de 104 ha. Depuis 2006, 12 autres étangs protégés par un arrêté de protection de biotope ont été affectés au conservatoire du littoral et confiés en gestion à la réserve naturelle.

- Le domaine terrestre est éclaté en plusieurs sous-unités inégalement réparties. Il inclut certains terrains du littoral et des îlets entrant dans les 50 pas géométriques.

- La partie maritime est constituée de deux pôles :

 Une zone circulaire d’un rayon de 250 m autour du Rocher Créole au nord-ouest et d’une large zone de mer territoriale

- La partie lacustre gérée par l’AGRNSM est composée de 14 étangs et mares appartenant au CLERL.(voir carte n°2 et 3 des annexes du plan de gestion)

Gestionnaire de la réserve

 L’association de gestion de la RNN de Saint-Martin (AGRNSM), régie par la loi du 1er juillet 1901 est gestionnaire de la RNN par convention avec l’état, principal financeur via la DEAL. Ses statuts ont été déposés le 8 septembre 1999. Elle possède un bureau renouvelé tous les deux ans composé d’un président, de deux vice-présidents, d’un secrétaire, d’un trésorier ainsi que d’un président d’honneur.

Le personnel permanent se compose de six personnes :

- Romain Renoux, Conservateur de la RNN.

- Franck Roncuzzi, Garde Chef de la RNN.

- Christophe Joe et Steeve Ruillet, Gardes de la RNN.

- Julien Chalifour, Chargée de missions scientifiques à la RNN

- Béatrice Galdi, Chargée de mission pour le compte du CELRL

Aspects fonciers

Les territoires terrestres et lacustres de la réserve naturelle sont affectes en totalité au CELRL. L’espace marin reste la propriété de l’Etat.

Historique de la réserve

  ·        1981, première réflexion sur l’inventaire du patrimoine naturel de Saint Martin.

 ·        1982, l’association «  Fondation Oualichi »  et l’association «  Soualouiga » d’Eric Dubois-Millot  décidaient d’entamer la mise en valeur des sentiers de randonnée de Saint-Martin.

 ·        1985, réflexion sur la création d’un espace naturel protégé à Saint-martin par Eric Dubois-Millot.

 ·        1992, Création de l’association « Action Nature » et recherche bibliographique sur les études scientifiques réalisées à Saint-Martin se qui débouchera sur une étude de projet de création d’une réserve naturelle marine et de classement de sites terrestres sur la cote est de l’ile de Saint-Martin

 ·        1998, Création de la réserve naturelle de Saint-Martin le 3 septembre

Contexte

L'urbanisation à Saint-Martin s'est accélérée depuis 1980 dû au fort développement touristique de l'île. Les littoraux sont alors lieux de convoitises entre les opérateurs touristiques qui veulent étendre toujours plus leurs structures. Cette forte pression anthropique a alors pour conséquence la dégradation de la qualité environnementale de l'île. Le classement en réserve naturelle de certaines zones de Saint-Martin visait à extraire ces milieux des différentes activités et aménagements destructeurs de l’environnement. Aujourd’hui, les parties terrestres retenues dans le périmètre de la réserve naturelle sont les derniers sites naturels littoraux de Saint-Martin épargnés par la pression immobilière.

Descriptif sommaire

 La réserve naturelle nationale de Saint-Martin s’étend sur 3054 hectares où trois milieux écologiques différents cohabitent : l’espace littoral, lacustre et marin. Chacun de ces milieux regroupent une biodiversité remarquable. Ce sont cinq écosystèmes principaux que s’emploie à protéger la RNN de Saint-Martin. A savoir, les espaces lacustres, les mangroves, les récifs coralliens, les herbiers de phanérogames marines, et les espaces littoraux (plages, falaises, îlets, végétation de bord de mer).

Sur la partie terrestre, ce sont les formations xérophytiques, caractéristiques du climat sec de l’île  qui dominent sur la région littorale au vent, le cactus « tête à l’anglais » qui figure sur la liste régionale des espèces protégées en est l’emblème. Les étangs, servant de zone de passage et d’hivernage pour les limicoles et les anatidés, abritent une avifaune riche regroupant plus de 80 espèces différentes dont les frégates et les Pélicans brun bien connus de la population locale.

 La mangrove constitue quant à elle une zone particulière en zone intertidale, servant de lieux de protection et de nurserie pour de nombreuses espèces. Tout comme, dans le milieu marin, des herbiers de phanérogames que l’on peut rencontrer sur les formations sableuses proches du littoral. Enfin, Saint-Martin étant une île volcanique, de nombreux récifs bio construits, hauts lieux de diversité, peuvent être observé. La réserve est également le lieu d’observation de mammifères marins et de reptiles notamment de tortues comme en témoignent les nombreux sites de pontes sur les plages. 







Explain why the proposed area should be proposed for inclusion in the SPAW list

 

La multiplication des infrastructures hôtelières et des zones pavillonnaires de façon anarchique, dû au tourisme comme choix de développement de l’île, qui plus est sur un territoire restreint (superficie de l’île : 93 km²), peut compromettre cette diversité. La RNN a donc pour vocation de préserver l’intégrité écologique des écosystèmes, d’exclure les usages incompatibles avec cette préservation et de promouvoir des usages durables et respectueux du milieu naturel tout en favorisant l’éducation environnementale.  Pour cela la RNN s’est dotée d’un plan de gestion qui a été validé en 2009 et qui définit sept objectifs à long terme :

- L’amélioration des connaissances sur les espaces protégés

- La maîtrise des impacts anthropiques sur les espaces protégés

- L’extension de la gestion de la RNN à de nouveaux espaces

- La restauration des milieux et populations dégradés

- La communication et l’éducation environnementale

- L’optimisation des moyens pour assurer la qualité des missions

- Le renforcement de l’intégration régional.

C’est dans le cadre de ces deux derniers que la réserve naturelle nationale de Saint-Martin rédige ce rapport afin de figurer sous le protocole SPAW.

According to you, to which Criteria it conforms (Guidelines and Criteria B Paragraph 2)

Representativeness
Conservation value
Naturalness
Critical habitats
Diversity
Connectivity/coherence
Resilience

Cultural and socio-economic criterias

Socio-economic benefits