Réserve Naturelle Ile du Grand Connetable

Note: The data were entered in the language of the country of origin (English, French or Spanish) and there is no translation available yet.

Chapter 6. MANAGEMENT

f - Clarify if some species/habitats listed in section III are the subject of more management/recovery/protection measures than others

Habitats


Marine / costal / terrestrial ecosystems Management measures Protection measures Recovery measures Comments/description of measures
Mangroves no no no
Coral no no no
Sea grass beds no no no
Wetlands no no no
Forests no no no
Others no no no

Flora


Fauna


Species from SPAW Annex 2 present in your area Management measures Protection measures Recovery measures Comments/description of measures
Reptiles: Chelonia mydas yes no yes Plan de restauration des tortues marines avec des suivis nnuels des popualtions venant pondre sur les plages de guyane.
Birds: Falco peregrinus no no no
Mammals: Tursiops truncatus no no no
Mammals: Sotalia fluviatilis no no no
Species from SPAW Annex 3 present in your area Management measures Protection measures Recovery measures Comments/description of measures
Reptiles: Iguana iguana no no no

g - Describe how the protected area is integrated within the country’s larger planning framework (if applicable)

not specified

h - Zoning, if applicable, and the basic regulations applied to the zones (attach in Annex a copy of the zoning map)

Name Basic regulation applied to the zone
Partie terrestre Interdiction de débarquer sauf en cas de force majeure.
Partie marine Zone interdite à toute pêche et au mouillage.
Reste de la réserve Le reste de la réserve est lui aussi interdit au mouillage mais des autorisations de pêches pourront être accordées par le préfet après avis du comité consultatif aux artisans pêcheurs ainsi que pour la pêche sportive mais en excluant toute pêche au chalut.
Comments, if necessary

Le plan de gestion considère l’ensemble de la zone même si un focus spécial a été mis sur la partie terrestre accueillant les populations reproductrices d’oiseaux marins.

i - Enforcement measures and policies

Etant très éloignée de la côte, l’objectif de la réserve est donc de renforcer la surveillance du site et notamment par des missions de police coordonnées entre l’équipe de la réserve et les différents acteurs de l’Action de l’Etat en Mer (AEM) représentés en Guyane par l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage, la Gendarmerie Maritime, les Douanes et la Marine Nationale. La sensibilisation du public à la fragilité du site et au respect de sa réglementation est également un volet indissociable des opérations de surveillance. Les bateaux de la Marine Nationale surveillent lors de leur passage les eaux de la réserve. Ils sont habilités à constater les infractions liées à la police des pêches.

L’équipe de la réserve vient de suivre une formation afin d’être habilitée à constater toute infraction au décret de création de la réserve. Une infraction au décret coûte entre 750€ et 1500€, le braconnage d’espèces protégées en réserve naturelle est une circonstance aggravante et peut entrainer des peines de prison ainsi qu’une lourde amende de 18 000 €.

j - International status and dates of designation (e.g. Biosphere Reserve, Ramsar Site, Significant Bird Area, etc.)

International status Date of designation
Biosphere reserve no
Ramsar site yes 12/8/93
Significant bird area yes 1/1/92
World heritage site (UNESCO) no
Others: no

k - Site’s contribution to local sustainable development measures or related plans

Il n’y a pas de plan de gestion côtier autour de la réserve. En revanche, il peut exister des opportunités de développement durable notamment de la pêche artisanale. Cette filière est en restructuration afin de pouvoir se développer. Ce changement se fait avec l’aide du comité des pêches, de l’IFREMER, des pouvoirs publics et aussi avec l’aide des associations locales de protection de la nature. Le programme DEPECHE (DEveloppement durable de la PECHE côtière en Guyane : potentiel économique et bioécologique) permet de fournir aux professionnels de la pêche côtière et activités associées, aux gestionnaires des collectivités territoriales de l’administration nationale, les informations et éléments de connaissance permettant d’accompagner le développement de cette filière en Guyane et de manière à ce que ce développement soit durable : évaluer l’état des stocks, le potentiel de production, l’état de l’écosystème marin littoral, établir un diagnostic économique d’état de la filière (production et commercialisation), identifier les structures de marché et leur potentiel.

l - Available management resources for the area

Ressources How many/how much Comments/description
Human ressources Permanent staff 4 Les ressources humaines sont suffisantes sur la réserve. Par contre, le niveau des agents (garde technicien) est assez faible en connaissances de bases (langues, mathématiques…) mais ils ont une solide compétence de terrain. Des programmes de formation existent et sont assez nombreux. Ils permettent une bonne formation continue notamment dans le cadre des connaissances écologiques. Les gestionnaires mettent à la disposition de l’équipe de la réserve du temps de travail administratif principalement. On peut le comptabiliser à un quart de temps environ. Le GEPOG permet aussi la mobilisation de bénévoles lors de phases de travaux lourds comme le débroussaillage ou la pose d’installations (affût, carbet...). De plus, le conservateur bénéficie du soutien bénévole d’Olivier Chastel (Chercheur au CNRS de Chizé) qui officie en tant que conseiller scientifique sur les questions de dynamiques des populations principalement. La réserve va bénéficier à partir d’avril 2010 du soutien d’un doctorant sur le programme « Mérou géant », celui-ci reprendra le programme et le développera afin de pouvoir apporter toute l’expertise nécessaire à la conduite de ce programme spécifique.
Volunteers 0
Partners 1
Physical ressources Equipments Bureau d'information des visiteurs : NON Parcours sans guides avec signalisation : NON Véhicules terrestres : OUI Véhicules marins : OUI Radio et communications : OUI Matériel de sensibilisation : OUI Capacité d'intervention en cas d'urgence : OUI
Infrastructures Bureau et/ou laboratoires sur le terrain : OUI Signalisation sur les principaux accès : OUI Postes de garde sur les principaux accès : NON
Financial ressources Present sources of funding Dans le cadre de la mise en place des réserves naturelles, le ministère de l’environnement s’est engagé à prendre en charge le budget de fonctionnement de la réserve permettant la pérennisation des emplois ainsi que la mise en place des actions de conservations prévues dans le plan de gestion. Depuis 2003, la dotation annuelle du MEDAD pour le fonctionnement de la réserve a été en constante augmentation passant de 70 000 € en 2003 à 130 000 € en 2007. En 2010, le budget de fonctionnement global de la réserve est en adéquation avec la dotation du MEDAD (141 000 €), permettant ainsi d’assurer les objectifs de gestion fixés par le plan. Cette dotation comprend en plus de la subvention de fonctionnement, l’amortissement du matériel et le financement des études scientifiques courantes. Au budget global de fonctionnement viennent s’ajouter les dépenses d’investissement financées par différents partenaires. Le budget d’investissement prévisionnel est compris entre 30 000 € et 50 000 € par an.
Sources expected in the future Le financement pour le fonctionnement de la réserve étant pérennisé, il faut se tourner vers d’autres partenaires pour mener des actions non prévues dans le plan de gestion ou pour mener des actions de ‘animations. Concernant l’animation, le contexte guyanais fait qu’il n’y a pas ou peu de solutions financières à chercher dans les collectivités locales (Régions, départements…). De ce fait, des programmes sur le long terme sont difficiles à mettre en place et nous utilisons plus facilement des fonds nationaux disponibles lors de journées ou d’animations nationales. Par contre, concernant les études spécifiques, tels que le « Mérou géant », le financement du projet est assuré en quasi-totalité par le ministère de l’environnement tandis que les partenaires prennent en charge le salaire de leurs employés. Ce fonctionnement est assuré pour trois ans d’études.
Annual budget (USD) 220000

Conclusion Describe how the management framework outlined above is adequate to achieve the ecological and socio-economic objectives that were established for the site (Guidelines and Criteria Section C/V).

En 2010, le budget de fonctionnement global de la réserve est en adéquation avec la dotation du MEDAD (141 000 €), permettant ainsi d’assurer les objectifs de gestion fixés par le plan.