Réserve Naturelle Ile du Grand Connetable

Note: The data were entered in the language of the country of origin (English, French or Spanish) and there is no translation available yet.

Chapter 3. SITE DESCRIPTION

h - Information and knowledge

Information and knowledge available


La cartographie du site n'est que partielle. En effet, seules les parties émergées sont connues ainsi qu'une petite partie de la zone infralittorale grâce à une mission de l'IGN en 2004. La cartographie des fonds marins du site n'existe pas mis à part sur les cartes du Service hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM).

En corrélation avec ceci, la partie terrestre de l’île est maintenant bien connue, les inventaires terrestres ainsi que l’explication de la répartition des habitats sont en grande partie achevés bien que l’inventaire des invertébrés terrestres ne soit que partiel. La finalisation et la mise à jour de certains de ces inventaires devraient permettre d’apporter des éléments supplémentaires à la bonne compréhension du fonctionnement de l’écosystème de la réserve. Les oiseaux marins sont dépendants des plates-formes et falaises de l’île pour la reproduction. La biodiversité terrestre de l’île et notamment la dynamique de la végétation doit donc être parfaitement connue afin de maîtriser tous les paramètres qui peuvent influer sur la reproduction des oiseaux. De plus, l’amélioration des connaissances sur la végétation et sur les invertébrés terrestres permettra de mieux appréhender les opérations de gestion mises en place pour maintenir les conditions favorables à la reproduction des oiseaux marins.

Les processus biologiques sur les colonies d’oiseaux sont compris dans leur ensemble, mais la migration postnuptiale des oiseaux marins reste pour le moment mal appréhendée. Ce phénomène est peu connu dans la littérature même si la miniaturisation des équipements télémétriques aidera sans aucun doute à lever de grandes parties d’ombres. La réserve a d’ailleurs un vaste programme d’étude sur la population de mouettes atricilles se reproduisant sur l’île notamment via un baguage de la population nicheuse ainsi que par la pose de balises lors de la saison 2010.

La réserve étant l’une des rares zones rocheuses marines du plateau des Guyanes, il convient d’utiliser cette situation privilégiée en partageant les connaissances acquises sur le site avec les organismes de recherche chargés d’étudier le fonctionnement de l’écosystème marin. Par exemple la tortue verte fréquente les eaux de la réserve. Or ses comportements sont encore peu connus et une amélioration des connaissances au niveau de l’île permettra d’aider à une meilleure compréhension de la biologie de cette espèce, de même pour l’étude du mérou géant.

Il s’agit ici d’apporter notre contribution à l’étude et à la conservation de cette espèce en incluant nos observations dans un programme de recherche régional. Ainsi dans un premier temps il s’agit de mieux connaître la population présente sur la réserve par le moyen de pêches expérimentales et de marquage. Afin d’obtenir plus de recul sur nos observations, ce travail doit être effectué parallèlement avec le recueil de données de pêche dans la région. Il s’agit donc de travailler en collaboration avec les autres aires marines protégées concernées ainsi qu’avec l’Ifremer et les différents corps de pêche afin d’assurer une conservation efficace de cette espèce.

Outre le focus particulier mis sur les mérous, l’amélioration des connaissances sur le milieu marin doit également s’insérer dans une démarche régionale de gestion de l’écosystème marin côtier en contribuant à l’apport de connaissances sur le fonctionnement de l’écosystème du plateau des Guyanes.

List of the main publications


Title Author Year Editor / review

Briefly indicate in the chart if any regular monitoring is performed and for what groups/species

Species / group monitored
(give the scientific name)
Frequency of monitoring
(annual / biannual / etc...)
Comments
(In particular, you can describe here the monitoring methods that are used)