Réserve Naturelle Ile du Grand Connetable

Note: The data were entered in the language of the country of origin (English, French or Spanish) and there is no translation available yet.

Chapter 2. EXECUTIVE SUMMARY

Present briefly the proposed area and its principal characteristics, and specify the objectives that motivated its creation :

La réserve naturelle de l’île du Grand Connétable est constituée de deux îlots rocheux océaniques et d’une large zone marine. D’un point de vue géologique, les îlots sont à rattacher aux massifs plutoniques du sud de Cayenne datant de deux milliards d’années.

Le profil de l’île du Grand Connétable, particulièrement escarpé, est marqué par un piton central proéminent d’une altitude d’environ 50 mètres (cf. figure 4). Ce profil particulier résulte d’une exploitation de roches phosphatées datant de la fin du 19ème siècle. L’île est située sur le plateau continental guyanais, peu profond et approximativement à la limite entre les eaux terrigènes littorales issues des fleuves amazoniens et guyanais d’une part,  et les eaux vertes océaniques du plateau continental d’autre part. Les courants y sont intenses, dirigés vers le nord-est, et la houle rend souvent périlleux les accostages. L’écosystème marin rocheux de la réserve est atypique sur le littoral guyanais et abrite notamment une population encore peu connue de Mérous géants (Epinephelus itajara). Les eaux de la réserve sont également fréquentées par les Tortues vertes (Chelonia mydas) et les dauphins Sotalies (Sotalia guianensis). L’île abrite une colonie d’oiseaux de mer composée principalement de six espèces nicheuses : la Frégate superbe (Fregata magnificens), quatre espèces de sternidés : Sterne de Cayenne (Thalasseus eurygnathus), Sterne royale (Thalasseus maximus), Sterne fuligineuse (Onychopryion fuscatus) et Noddi brun (Anous stolidus) ainsi qu’une espèce de laridés, la Mouette atricille (Leucophaeus atricilla). Ces espèces mettent ici à profit pour se reproduire les seuls îlots rocheux océaniques disponibles de la frange atlantique du bouclier guyanais. Ce peuplement se trouve de ce fait isolé de plusieurs milliers de kilomètres de part et d’autre des réservoirs génétiques plus conséquents des Caraïbes ou de l’Atlantique sud.

L’île du Petit Connétable est constituée de roches latéritiques, quasi dénudées de végétation qui affleurent à la surface des eaux. Elle sert de reposoir pour les limicoles en passage migratoire, notamment les bécasseaux Sanderling (Calidris alba). Les tournepierres à collier (Arenaria interpres) exploitent également les ressources alimentaires de l’estran sur les deux îlots.

Explain why the proposed area should be proposed for inclusion in the SPAW list

L'île du Grand Connétable est atypique au regard des immensités forestières de Guyane. La quasi-totalité du littoral est formé de mangroves et de vasières. Avec les Battures de Malmanoury, l'île représente un des seuls environnements littoraux rocheux. Les populations d'oiseaux marins qui y nichent sont uniques sur le littoral des Guyanes entre l'Orénoque et l'Amazone. La rareté de ce type de milieu sur le littoral implique une forte responsabilité de conservation face aux effectifs nicheurs dénombrés.

La rareté des milieux littoraux rocheux sur le plateau des Guyanes implique donc le rassemblement de proportions importantes des populations mondiales de certaines espèces d’oiseaux marins nicheurs au niveau de l’île, et place donc leur conservation au premier rang des priorités de gestion de la réserve.

La réserve naturelle, avec son important périmètre marin (7850 hectares), est la seule aire marine protégée de la côte amazonienne, et la plus grande superficie marine classée en réserve des collectivités d’outre-mer (à l’exception des Kerguelen). Cette situation exceptionnelle place la réserve comme un site pilote en matière de gestion sur une côte amazonienne présentant des spécificités propres (faible anthropisation du littoral, pression de pêche relativement élevée, eaux turbides,…).

According to you, to which Criteria it conforms (Guidelines and Criteria B Paragraph 2)

Conservation value
Rarity
Critical habitats
Connectivity/coherence

Cultural and socio-economic criterias

Productivity