Réserve Naturelle de Petite Terre

Note: The data were entered in the language of the country of origin (English, French or Spanish) and there is no translation available yet.

Chapter 6. MANAGEMENT

a - Legal and policy framework (attach in Annex a copy of original texts, and indicate, if possible, the IUCN status)

National status of your protected area:


Réserve naturelle nationale de France

 Le dernier plan de gestion quinquennal de la RNN de Petite Terre était valide pour la période de 2004 à 2008.

Il a été ensuite convenu au Comité Consultatif que dans l'attente (en préparation) du nouveau plan de gestion valide pour la période 2012-2016, le programme prévisionnel des actions à réaliser au cours de l'exercice annuel, à l'intérieur du rapport d'activité (dernier rapport joint dans les pièces annexées), serait au préalable validé par le Comité Consultatif et ferait office de plan de gestion annuel. Il faut noter que la communauté scientifique est largement représentée au sein du Comité Consultatif. Le nouveau plan de gestion quinquennal 2013-2017 en cours de relecture sera proposé et adopté cette année 2012. Le programme prévisionnel et de gestion 2012 se trouve pages 32 à 36 du dernier rapport d'activité 2011 ci-joint.

Ces documents sont aussi consultables sur notre site internet www.reservepetiteterre.org.



IUCN status (please tick the appropriate column if you know the IUCN category of your PA):


IV

b - Management structure, authority

Trois statuts de domanialité différents existent à Petite Terre :

- le domaine privé de l’Etat, prescriptible - Forêt Domaniale du Littoral ;

- le domaine propre du CDL, imprescriptible sauf décret du Conseil d’Etat ;

- le domaine public de l’Etat, imprescriptible - phare affecté à la Direction de la mer Service Phare et balise (ex DDE).

Afin de préserver la grande richesse du littoral, le Conservatoire du littoral a acquis les terrains de Petite Terre après une procédure d’expropriation en novembre 1994. Cette acquisition foncière a fortement contribué à la protection des îlets et au classement en réserve naturelle du site en 1998. Aujourd’hui propriétaire de la partie centrale des deux îlets, le Conservatoire du littoral participe à la gestion à travers le reversement de la « taxe passagers » à l’association « Titè ». Le reste de la partie terrestre constituée de la FDL (Forêt Domaniale du Littoral) est géré par l’ONF.

  

 

 

 · L’ONF  

En Guadeloupe, l’ONF est reconnue, depuis très longtemps, pour son rôle de gestionnaire des espaces naturels. Plus de 38 000 ha de milieux naturels appartenant au Département, au Conservatoire du littoral ou à l’Etat lui sont confiés. Il intervient également sur 250 km de littoral et 7500 ha de mangrove et de forêts marécageuses. Dès l’instruction du projet de réserve naturelle par la DIREN en 1994, l’établissement s’est investi à travers la réalisation des études préliminaires et a débuté une réflexion sur l’organisation de la future gestion en partenariat avec la municipalité de Désirade et les différents utilisateurs du site, pêcheurs, croisiéristes, plaisanciers. A la création de la réserve en 1998, l’ONF a été nommé gestionnaire par le Préfet de la Guadeloupe. L’établissement public a alors désigné parmi son personnel un conservateur,  qui est chargé d’assumer la gestion de la réserve en cogestion avec l’association « Titè ».

 

·  L’association « Titè »

 A la demande de la municipalité de Désirade et afin d’impliquer davantage la population locale dans la gestion de la réserve naturelle de Petite Terre l’association « Titè » a été créée le 22 mars 2002. Elle a pour objet « la gestion de la réserve naturelle terrestre et marine des îlets de Petite Terre et tous les espaces naturels bénéficiant d’une protection au titre du code de l’environnement sur le territoire communal de la Désirade ». Cette association désiradienne est aujourd’hui l’employeur des quatre gardes animateurs de la réserve naturelle de Petite Terre et d'une chargée de mission qui s'occupe principalement des missions à caractère scientifique mais aussi du suivi administratif de l'association.

 

Les moyens de fonctionnement de l'association proviennent:

·      De la subvention annuelle du ministère en charge de l'Environnement

·      De la taxe sur les passagers embarqués à destination des espaces sensibles reversée par le CDL aux gestionnaires

·      Des financements des fonds Feder et Feader

·      Des subventions diverses suite à des appels à projet (Fondation EDF, Fondation du Patrimoine, Région Guadeloupe…)

·      Les cotisations des membres

 

L’association a modifié ses statuts afin de permettre l’inscription de nouveaux adhérents et la mise en place d’un système d’éco volontariat. L’association a enregistré 140 adhérents en 2011. Un grand nombre d’entre eux participent à des missions d’éco volontariat et accompagnent les gardes lors de leurs missions de surveillance.

Cette aide appréciable renforce l’équipe des gardes et permet d’accroître de façon significative le temps de présence sur le site. De plus, c’est un bon moyen de communication et de sensibilisation de la population locale sur l’environnement, la gestion d’une réserve naturelle et la biodiversité de l’archipel guadeloupéen.

 



[1] Convention en date du 23 juillet 1999                                                                                                                                                                                         

c - Functional management body (with the authority and means to implement the framework)

Description of the management authority


L’activité au sein de la réserve s’organise selon un planning avec des missions de 4 jours. Du fait de l’éloignement et de la situation insulaire  au large de la Guadeloupe, il s’est avéré nécessaire de construire une maison dans la réserve, permettant au personnel de loger sur place.

Means to implement the framework


ØLes moyens nautiques

La réserve étant située dans l'océan atlantique  à 45 min de St François et 30 min de la Désirade, elle dispose de deux embarcations.

La Désiradienne est le nom du bateau de la réserve mis en service en août 2001. Sa coque est en aluminium d’une longueur de 8,25 m pour un tirant d’eau de 0,96 m il permet le transport de 6 personnes.

Pour permettre une circulation aisée dans le lagon et à proximité des îlets une embarcation légère appelée Calidris a été mise en service en avril 2001. Ce bateau  d’une taille de 3,50 m est équipé d’un moteur 9,9 CV.

 

ØLa maison des gardes

La maison en bois a été construite à proximité du phare et a été mise à disposition du personnel de la réserve à partir de novembre 2002. La production électrique est assurée par des panneaux solaires installés sur le toit de la partie basse du phare.

 

ØAccueil du public

Pour accueillir le public, une salle d’exposition disposant de panneaux thématiques, un bureau et un local technique sont aménagés dans la partie basse du phare. Afin de canaliser  le public et d’éviter des atteintes à l’environnement dans les zones les plus sensibles de la réserve, un sentier pédagogique a été réalisé en 1995.

 

ØÉquipement du site

Dix tables-bancs et dix barbecues ont été installés sur la plage principale par l'ONF. Ces équipements sont mis à la disposition tant des croisiéristes professionnels que des plaisanciers.

 

ØDélimitation de la zone marine protégée

 La pêche et la chasse sous-marine étant interdites dans la réserve, 6 balises de marques spéciales ont pour objet de matérialiser de façon claire et sans ambiguïté, de jour comme de nuit, les limites de la réserve naturelle.  

 

ØPose de mouillages

Afin d’éviter de porter atteinte aux fonds marins, les mouillages sur ancre sont interdits dans la réserve et des bouées d'amarrage  ont été installées. Ils se composent de 5 bouées pour l'accueil des croisiéristes professionnels, 12  bouées mises à la disposition des plaisanciers et 9 emplacements réservés pour les petites embarcations.

 

 

d - Objectives (clarify whether prioritized or of equal importance)

Objective Top priority Comment
Objectif principal No L’objectif principal de la réserve de Petite Terre est de préserver les écosystèmes malgré une demande touristique grandissante. En premier lieu, le maintien de la biodiversité des îlets est important d’un point de vue strictement écologique mais demeure aussi indispensable au bon fonctionnement socio-économique de la Guadeloupe
Amélioration des connaissances sur les espaces et les espèces protégées (descriptif et dynamique) No L’évaluation des opérations de suivis a permis de mettre en évidence la carence de données sur certains milieux et espèces. Concernant les milieux, il est nécessaire d’établir un diagnostic complet de ces écosystèmes afin de pouvoir mettre en place les aménagements et actions nécessaires à leur préservation ou leur restauration. Le gestionnaire doit mettre en œuvre les études scientifiques indispensables à l’amélioration de la connaissance du site. Dans ce cadre, un certain nombre d’inventaires reste à mener ou réactualiser ; des méthodologies adaptées doivent également être poursuivies ou mises en place pour assurer un certain nombre de suivis permettant d’analyser l’évolution du site et des populations aussi finement que possible.
Protection et conservation des espaces et des espèces (maitrise des impacts anthropiques et autres) No La préservation des différents écosystèmes passe obligatoirement par la réduction à la source des vecteurs de pollution et de dégradation des milieux.
Communication et éducation à l’environnement No Faire connaître, sensibiliser, diffuser les résultats sont des enjeux inévitables pour renforcer les études et les actions de conservation. Pour cela la communication extérieure sur la réserve ainsi que l’éducation à l’environnement est indispensable.
Optimisation des moyens pour assurer la qualité des missions No Afin d’assurer la qualité des missions, dans le respect des réglementations en vigueur, diverses actions sont à entreprendre (formation du personnel, moyens humains, maintenance et entretien du matériel et des sites, diversification des financements, réalisation de la maison de la réserve naturelle). Une priorité doit être accordée à la formation du personnel pour optimiser l’accomplissement des taches. L’adaptation de moyens humains aux différents besoins est également nécessaire. Un certain nombre de missions peuvent être confiées à des stagiaires ou des bénévoles.
Renforcement de la coopération régionale et internationale No Cet objectif a pour but de faciliter et renforcer la collaboration et le partage de connaissances et d’expériences entre acteurs locaux et internationaux. Il implique la participation aux réseau des Aires Marines Protégées de Guadeloupe et des îles du Nord, et au réseau RNF, mais également la collaboration et l’implication dans le plan d’action et de restauration mise en place à l’échelle des Antilles françaises (plan de restauration tortues, plan d’action iguanes…).

e - Brief description of management plan (attach in Annex a copy of the plan)

Un plan de gestion 2004-2008 a été validé et un nouveau plan de gestion (2012/2016) sera bientôt validé par le Comité consultatif et scientifique de la réserve. Aujourd’hui la réserve a évolué et est confrontée à d’autres problématiques de gestion. De nouvelles opérations s’adaptant au contexte actuel de la réserve devraient figurer dans le futur plan de gestion.

De nouvelles propositions d’actions dégagées suite à des entretiens et rencontres avec différents acteurs du territoire (gardes, conservateurs, scientifiques, croisiéristes, pêcheurs) sont à prévoir.

Dans le futur plan de gestion, des critères d’évaluation d’atteinte des objectifs opérationnels devront clairement être définis pour permettre une évaluation rapide et correcte en fin de plan.

 

 

Management plan - date of publication

: 1/1/04

Management plan duration

: 5

Date of Review planned

: 7/31/12